Cancer : comment en parler ?

Les patients ont souvent des difficultés à parler de leur cancer, en particulier lorsqu’ils viennent de recevoir leur diagnostic. Pourtant, le dialogue peut les aider, ainsi que leur entourage, à mieux faire face à la situation. Il est toutefois normal de se poser de nombreuses questions : À qui puis-je parler de mon diagnostic et quelles informations dois-je révéler ? Comment annoncer la nouvelle à ma famille et à mes amis ? Que dois-je divulguer à propos de ma maladie dans le contexte professionnel ? Nous formulons ici divers conseils pour vous encourager à prendre les choses en main et à exprimer non seulement vos besoins, mais aussi à poser vos limites.

Pour commencer : chaque personne a sa propre façon d’affronter le diagnostic et d’en parler autour d’elle. C’est une démarche très personnelle, qui dépend grandement des besoins qu’elle ressent. C’est pourquoi il peut s’avérer très utile de réfléchir d’abord aux questions suivantes :

  • Qui est-ce que je souhaite impliquer ?
  • De qui ai-je besoin à mes côtés dans cette période difficile et pourquoi ?
  • De quel soutien ai-je besoin et qui peut me l’apporter ? Qu’est-ce que j’attends des personnes que je côtoie ?
  • Avec qui est-ce que je me sens à l’aise pour parler de mon cancer ?

Craignant de devenir un fardeau pour leur entourage, bon nombre de patients atteints d’un cancer sont enclins à cacher leur maladie. Toutefois, il est conseillé de trouver des confidents auprès de qui vous pourrez exprimer vos peurs et vos inquiétudes durant cette période aussi éprouvante physiquement que mentalement. D’autant plus que les personnes très proches de vous ne manqueront pas de réaliser que quelque chose vous préoccupe, et se demanderont certainement si et comment elles doivent aborder le sujet. C’est pourquoi il est encore plus important d’instaurer un dialogue ouvert avec elles, de façon que chacun puisse s’exprimer en toute franchise.

Bien choisir l’endroit où se déroulera cette conversation

Avant d’annoncer votre diagnostic à vos proches, réfléchissez à l’endroit qui conviendrait le mieux pour mener cette conversation. Il est préférable qu’elle ait lieu dans un endroit calme et familier où vous et votre interlocuteur pourrez laisser libre cours à vos émotions et exprimer vos sentiments. Que vous préfériez la tranquillité de la nature ou la protection offerte par votre foyer, choisissez un endroit dans lequel vous vous sentez bien.

N’oubliez pas que cette nouvelle fera aussi l’effet d’un choc pour vos confidents les plus proches, qui risquent de réagir avec beaucoup d’émotivité. Si votre interlocuteur a une réaction trop intense pour vous, soyez honnête et parlez-en ouvertement. Après tout, même si vous connaissez le diagnostic depuis plus longtemps, l’heure est venue de faire passer votre bien-être en premier.

Si vous en avez la force, vous pouvez proposer que votre interlocuteur vous pose des questions. Le sujet lui est certainement moins familier qu’à vous, d’où la nécessité de lui expliquer ce qu’implique pour vous le diagnostic et ses conséquences sur votre quotidien. Essayez de transmettre les informations communiquées par vos médecins avec le plus de transparence possible.

Parler du cancer aux enfants

Si vous êtes parent ou grand-parent et que vous avez un cancer, la question se pose souvent de savoir si et comment il faut parler de votre diagnostic aux enfants. Par peur de les submerger, nombreuses sont les personnes qui commencent par taire leur maladie. Toutefois, il est recommandé d’impliquer les enfants le plus tôt possible, et ce, pour la raison suivante : étant sensibles au moindre changement dans leur environnement familial, ils se rendront probablement vite compte que vous leur cachez quelque chose et risquent d’inventer n’importe quelle raison pour expliquer ce changement. Pire, ils peuvent se croire responsables de la situation. Il vaut donc mieux se montrer le plus honnête possible avec vos (petits-) enfants, en décidant toutefois des détails à omettre en fonction de leur âge.

Lisez ici le témoignage de deux personnes atteintes d’un cancer qui racontent comment elles ont vécu cette épreuve aux côtés de leurs enfants : Comment expliquer à mes enfants que j’ai un cancer ?

Poser des limites et exprimer ses besoins

Vous avez tout à fait le droit de ne pas vouloir évoquer votre maladie dans les moindres détails ou de choisir à qui vous confier. C’est aux patients de décider s’ils souhaitent parler de leur cancer à telle ou telle personne et de communiquer plus ou moins d’informations sur la question. Vos proches doivent accepter les limites qui sont les vôtres, le cas échéant. Toutefois, se fixer des limites à soi-même ne suffit pas : il faut les exposer précisément aux autres, sous peine qu’ils les transgressent sans le savoir.

Qu’il s’agisse de vous accompagner à certains rendez-vous chez le médecin, de vous aider dans les tâches ménagères ou de vous offrir des moments de distraction, n’ayez pas peur de faire part du moindre de vos souhaits aux personnes qui vous entourent. Les membres de votre famille et vos amis seront certainement ravis de vous prêter main-forte dans ce moment difficile et de vous soulager un peu. Plus vous serez honnête avec les personnes qui vous entourent, plus vous éviterez les complications pour vous et pour elles.

Gérer le diagnostic dans le contexte professionnel

Si vous êtes en arrêt maladie en raison de votre traitement contre le cancer, vous n’avez pas l’obligation de faire part du diagnostic à votre employeur.1 Cependant, il peut être préférable de l’informer que vous ne viendrez pas travailler pendant une période prolongée. C’est à vous de décider quels détails vous souhaitez divulguer. Il est alors recommandé de déterminer quel type de relation de confiance vous entretenez avec votre employeur.1 En fonction de celle-ci, vous pourrez décider s’il convient ou non de lui parler de votre maladie.

Si vous vous entendez bien avec votre manager et vos collègues, vous pouvez envisager de les mettre au courant. Dans le cas où vous auriez des difficultés induites par le cancer ou par les effets du traitement, votre entourage professionnel sera mieux en mesure de s’adapter à la situation s’il a connaissance du diagnostic, et vous pourrez chercher ensemble des solutions pour répondre aux besoins rencontrés dans vos tâches quotidiennes. Si, au contraire, vous n’entretenez pas de bonnes relations ou si vous ne voulez pas que le cancer s’invite dans votre travail, il est tout à fait acceptable que vous préfériez ne pas en parler.

Quoi qu’il en soit, que vous fassiez le choix d’en parler ou non, sachez que vous ne pouvez être écarté d’une procédure de recrutement ou de l’accès à un stage ou à une période de formation en entreprise, ni même être sanctionné, licencié ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire, directe ou indirecte, du fait de votre état de santé.1

Trouver votre voie

Vous êtes entièrement libre de décider à qui vous souhaitez parler de votre cancer et ce que vous préférez garder pour vous. Il n’y a pas de « bonne » ou de « mauvaise » façon de faire : choisissez la voie qui vous convient le mieux. Néanmoins, n’hésitez pas à consulter un psycho-oncologue si vous avez besoin d’aide pour prendre cette décision. Ce professionnel de santé est là pour vous aider à surmonter le stress lié au cancer et à trouver la solution adaptée à votre situation et à vos besoins.

Si cet article vous a intéressé, nous vous invitons également à lire l’article « Prendre la mesure de l’aspect psychologique du cancer » : https://mesmomentsprecieux.fr/vivre-avec/prendre-la-mesure-de-laspect-psychologique-du-cancer/

Référence

  1. Comment concilier sa maladie avec son travail ? accessible sur https://www.juritravail.com/Actualite/comment-concilier-sa-maladie-avec-son-travail/Id/261884#salari-doit-il-parler-sa-maladie-son-employeur, dernière consultation le 24/01/2022.

Partager cette publication

Articles Similaires