Amour et acceptation de soi malgré un cancer du sein : refaire confiance à son corps

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Chaque patiente est unique et rencontre des difficultés découlant de son cancer du sein qui lui sont propres dans la vie quotidienne : restrictions de l’activité physique, changement d’apparence, évolution des liens familiaux ou amicaux, surcharge émotionnelle… Tous ces facteurs ont des répercussions, malheureusement pas toujours positives. Ils peuvent engendrer un sentiment de mal-être, voire donner l’impression de vivre dans le corps d’une étrangère. Dans cet article, nous souhaitons vous montrer qu’il existe d’innombrables raisons de vous aimer et d’aimer votre corps.

Combattre le cancer passe par des traitements lourds qui peuvent avoir d’importantes conséquences physiques. Parmi celles-ci, nous pouvons citer la chute des cheveux, la perte de poids ou encore des problèmes de peau. Si le cancer a déjà atteint un stade avancé, la mastectomie partielle ou parfois totale est inévitable pour préserver votre organisme. Toujours déstabilisante, cette situation peut vous donner le sentiment d’avoir perdu tout pouvoir de séduction. Certaines patientes vont jusqu’à craindre que les autres ne voient plus que la maladie en elles et les traitent différemment. Si c’est votre cas, il peut s’avérer utile d’exprimer votre ressenti. Les centres de soutien, par exemple, offrent un suivi individualisé aux femmes souffrant d’un cancer du sein, tout au long de ces épreuves. Leur vocation est d’aider les patientes à s’investir pleinement dans leur quotidien et à profiter des bons moments malgré leur traitement.            

Le corps et ses limites

Le traitement laisse des traces corporelles. Il peut également modifier votre apparence. Dans bien des cas, c’est le choc : les patientes ne se reconnaissent plus et ne font plus confiance à leur corps. Pendant et après le traitement, il est important de laisser le temps à votre corps de récupérer et de ne pas vous montrer trop exigeante avec lui. Il est tout à fait normal de vouloir se sentir bien dans sa peau, mais la convalescence est un processus de longue haleine.

Le même principe s’applique dans vos interactions avec les autres : si vous avez toujours eu une vie sociale ou professionnelle très active, vous ne pourrez pas forcément retrouver une telle intensité dans l’immédiat. Même si cela n’est pas facile, essayez d’accepter la situation et de la vivre du mieux possible. Vous pouvez essayer d’expliquer à vos proches ce que vous traversez en leur décrivant les limites qui s’imposent à vous dans la vie quotidienne. Il est particulièrement conseillé d’en parler ouvertement au sein de la famille ou du couple pour que chacun puisse s’adapter et vous épauler au mieux. Prenez soin de vous, contentez-vous de faire ce qu’il vous est possible de faire et ne vous mettez pas sous pression en assumant trop de charges.

L’évolution des rôles

Dans votre famille, auprès de votre conjoint ou même au travail, vous aviez l’habitude d’endosser un certain rôle : celui d’épouse, de mère ou d’employée voire de cheffe d’entreprise. Il est naturel de vouloir répondre aux attentes d’autrui, mais vous devez satisfaire les vôtres avant tout. Face à la maladie et au traitement, s’affranchir du carcan de ces rôles et accepter de l’aide font souvent beaucoup de bien. Il est normal que vous ayez besoin davantage de soutien qu’avant votre diagnostic, apprenez à accepter l’aide que l’on vous propose et n’hésitez pas à en solliciter si besoin.

Nombreuses sont les femmes qui se sentent inutiles ou qui ont l’impression d’être un fardeau pour les autres si elles demandent de l’aide. Ce n’est pas le cas, gardez en tête que vous restez une personne capable de donner, mais aussi de recevoir. En outre, ces sentiments peuvent vous empêcher d’accepter votre nouvelle situation. Pour y faire face plus facilement, essayez de vous focaliser sur les choses qui vous font plaisir, les petites victoires et les moments de fierté. Réfléchissez aux décisions que vous pouvez encore prendre et dirigez votre vie en conséquence. Ainsi, vous prendrez vite conscience que ce n’est pas la maladie qui vous définit et que vous êtes toujours décisionnaire de votre vie.

N’oubliez pas également que la beauté est issue de nombreux facteurs : votre personnalité, votre différence et votre assurance peuvent être vos forces.

Détachez-vous des stéréotypes auxquels la femme est censée se conformer, dans son apparence ou dans son rôle. La diversité s’incarne dans les différences en matière de nature humaine, qu’elles soient intérieures ou extérieures.

« N’oublions pas que le plus grand pouvoir de l’humanité
réside probablement dans sa diversité » – Auteur inconnu

S’aimer, même dans l’adversité

Pour s’aimer, il faut d’abord adopter la bonne attitude. Mettez-vous au défi de changer votre état d’esprit. Vous deviendrez ainsi plus forte. Vous n’en avez peut-être pas encore conscience, mais vous avez de nombreuses raisons d’être fière : le simple fait de lutter contre le cancer est un signe de force mentale et physique. S’aimer signifie s’accepter comme on est, avec tous ses défauts, et se les approprier. Si vous prenez cette démarche à cœur, vous discernerez soudain de plus en plus d’aspects positifs. Même si le cancer complique votre vie quotidienne, essayez de ne pas vous montrer trop dure envers vous-même. Pour commencer, complimentez-vous chaque jour ou prenez le temps de faire quotidiennement le tri dans vos pensées. Mettez un frein au négativisme : si vous avez parfois une vision morose, elle n’est pas nécessairement le reflet de la réalité.

Certaines patientes ont parfois des difficultés à s’accepter telles qu’elles sont. Toutefois, vous trouverez d’innombrables occasions de vous récompenser dans cette démarche. Voici les petites choses qui peuvent vous mettre du baume au cœur dans la vie de tous les jours :

  • Prendre soin de soi : bougez et surveillez votre alimentation. Les promenades au grand air et les aliments riches en vitamines ont des vertus bénéfiques pour votre corps.
  • S’estimer à sa juste valeur : même dans ces circonstances difficiles, vous vous connaissez mieux que personne. Le jugement des autres ne doit pas faire baisser votre propre estime.
  • Profiter des bons moments : les incidents, aussi petits ou insignifiants soient-ils, marquent davantage que les instants de bonheur. Prenez conscience des aspects positifs de votre vie en appréciant les bons moments et en laissant transparaître votre joie.
  • Être bienveillante envers vous-même : même si cela peut paraître étrange, pensez à vous féliciter devant le miroir de tout ce que vous avez accompli dans la journée. Peu importe l’objet des compliments, l’important est de s’adresser régulièrement à soi-même en faisant preuve de bienveillance.

« Le langage est le miroir de nos pensées » –
Auteur inconnu

Échanger avec d’autres patientes

S’aimer tel que l’on est, permet de se sentir mieux et de moins souffrir du jugement des autres. Néanmoins, les autres sont aussi là pour vous aider à résoudre vos conflits intérieurs et à y voir plus clair. Dans les groupes de soutien, vous pouvez faire part de vos inquiétudes à des personnes qui ont vécu les mêmes expériences. Cela peut être une bonne alternative si vous n’êtes pas certaine de pouvoir vous confier à votre famille ou à vos amis pour le moment. Même si vous appréhendez le fait d’aborder un tel sujet devant d’autres patientes et que l’idée vous met pour le moment mal à l’aise, sachez que vous n’êtes pas la seule à penser de la sorte. Avec plus de 58 000 nouveaux cas diagnostiqués par an, le cancer du sein est le cancer féminin le plus répandu en France1. Certaines patientes doivent subir une mastectomie, tandis que d’autres doivent composer avec la chute de leurs cheveux dès les stades précoces. La plupart du temps, elles ont l’impression que le monde s’effondre autour d’elles. Si vous traversez la même chose et que vous ne vous sentez pas belle, que vous êtes mal dans votre peau, vous pouvez bénéficier de différentes formes de soutien durant cette épreuve.

Les groupes de soutien régionaux ou en ligne, par exemple, constituent un bon point de départ. Les sujets de discussion ne tournent pas uniquement autour de la maladie : les participantes évoquent également comment elles ont réussi à s’accepter et à s’aimer telles qu’elles sont. Vous trouverez probablement utile de parler de votre ressenti sur tous les sujets autour du cancer afin de prendre conscience de votre valeur. Vous pouvez également exprimer vos peurs et vos angoisses de façon anonyme, en ligne, ou auprès d’un cercle de personnes de confiance.

Demander l’aide d’un psycho-oncologue

Selon le type de tumeur et sa progression, le traitement peut se dérouler de façon très différente d’une personne à l’autre. Durant cette période, votre santé physique retient toute votre attention. Toutefois, après le diagnostic, il est important de garder le moral. À cette fin, le soutien d’un psycho-oncologue peut s’avérer utile. Ce dernier s’intéresse aux conséquences mentales et psychologiques de la maladie. Les services d’un tel professionnel peuvent vous aider à digérer vos expériences, à identifier ce qui vous pèse et à reconstruire votre estime personnelle.

C’est sur ce point précis que le traitement affecte le plus les patientes, car elles doivent faire face aux répercussions négatives de la maladie, comme la chute des cheveux ou l’ablation d’un sein. Ces sentiments sont tout à fait normaux, comme celui de vouloir dissimuler vos changements physiques pour vous sentir plus sereine. Toutefois, si vous avez honte de votre corps, si vous vous sentez mal à l’aise ou si vous craignez d’être stigmatisée à cause de votre maladie, n’hésitez pas à demander l’aide d’un professionnel, qui pourra discuter avec vous sans parti pris, en toute objectivité, des difficultés que vous rencontrez au quotidien et vous épauler. Accepter son aide n’est pas le signe de votre incapacité à prendre la situation en main, mais signifie simplement que vous avez la force d’accepter de l’aide lorsque vous vous sentez perdue et que vous avez la volonté de vous en sortir.

Chaque patiente gère la maladie à sa façon. Néanmoins, il est toujours important de ne pas se négliger, de croire en ses forces et de s’aimer soi-même, avec ses qualités et ses défauts. Malgré les hauts et les bas, nous espérons que vous vivez de nombreux moments de bonheur et que vous gardez confiance en vous.

Source

1 https://www.e-cancer.fr/Expertises-et-publications/Catalogue-des-publications/Synthese-Estimations-nationales-de-l-incidence-et-de-la-mortalite-par-cancer-en-France-metropolitaine-entre-1990-et-20182, consulté le 16/12/2020.

Partager cette publication

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Articles Similaires